Chaque semaine, l’équipe OpenCar vous présente un des « super- covoitureurs » de sa communauté : il viendra donc nous donner son avis sur le concept OpenCar, le covoiturage en général, mais également l’écologie et ses actions au quotidien. Nous rencontrons donc aujourd’hui Michaël, covoitureur OpenCar.

Salut Michaël, merci d’avoir bien voulu nous rencontrer peux-tu te présenter en quelques mots pour commencer :

Salut, pas de problème tout le plaisir est pour moi. Alors je m’appelle Michael Lafrasse, j’ai 23 ans et je suis, comme toi, co-fondateur d’une start-up qui, elle, se nomme Xplora.

Je passe la plupart de mon temps libre à faire du sport de montagne. Curieux, je ne rate pas une information qui circule sur les réseaux sociaux.

En dehors du sport et du monde professionnel, je suis comme tous les jeunes de mon âge, j’aime profiter de la vie, sortir avec mes amis et particulièrement au bar. D’ailleurs, je passe une petite dédicace au Bar La Nat qui nous accueille toujours aussi bien et aussi régulièrement (rires).

Michaël, super- covoitureur, et Paul, co-fondateur d'OpenCar Grenoble

Michaël, super- covoitureur, et Paul, co-fondateur d’OpenCar Grenoble

Et accessoirement, je suis un très gros mangeur !

Nous avons remarqué tes trajets assidus sur notre plateforme. Avant OpenCar, étais-tu un adepte du covoiturage ? Pourquoi ?

A vrai dire non ! OpenCar est la première plateforme de covoiturage que j’utilise. Je n’ai toujours que voyager en voiture au sein de la métropole grenobloise pour des trajets assez courts et récurrents. BlablaCar et le covoiturage existant ne correspondaient donc pas réellement à mes besoins.

Du coup quand j’ai découvert OpenCar, j’ai trouvé que c’était adapté à ma situation et puis le fait de gagner des cadeaux est vraiment cool donc je me suis lancé.

Peux-tu nous raconter ton meilleur et ton pire souvenir en covoiturage ?

Mon expérience est assez courte mais j’ai quand même des choses à raconter.

Mon pire souvenir, c’était avec mon voisin. On descendait sur Grenoble de Saint-Paul de Varces pour aller faire un tour à Grand’Place. Sauf que le centre commercial était tellement bondé de monde qu’on a tourné plus d’une demi-heure en voiture pour trouver une place où se garer. Mauvaise expérience !

Mon meilleur souvenir de covoiturage c’était avec ma stagiaire Camille qui venait d’intégrer mon équipe professionnelle. Le trajet, même court, nous a permis de faire connaissance tout en sortant du contexte de travail. C’est une belle démonstration de la convivialité que provoque le covoiturage.

Comment as-tu découvert OpenCar ?

En levant la tête dans l’espace de coworking du Pépite Ozer (rires) !

En réalité avant de vous connaître dans la vraie vie,  j’étais au restaurant pour un rencart avec une fille et elle m’a parlé de vous ! On a abordé un peu le sujet des starts-ups  et votre projet est entré dans la conversation. En plus, je me suis rendu compte que je connaissais très bien l’un des cofondateurs d’OpenCar Lucas Durand, qui est un voisin et un pote d’enfance ! Je n’ai peut être pas conclu mon rencart mais j’ai découvert un projet auquel je me suis plus intéressé encore par la suite.

Comment se sont passés tes trajets depuis le lancement en avril ?

Bien ! Je n’ai pas eu de problème ! Aucun retard ! Il y a juste eu un petit bug au niveau de la géolocalisation le premier jour du lancement, mais ça a tout de suite été réglé.

Tu covoitures à quelle fréquence ?

Les trajets que je poste sur la plateforme se concrétisent une à deux fois par semaine pour le moment et j’en poste environ quatre chaque semaine.

Qu’est-ce qui t’as plu dans OpenCar ?

Il n’y a pas la barrière de l’argent ! Je trouve qu’avec OpenCar l’échange est plus sincère, on y retrouve plus les notions de partage et de  solidarité ! C’est sympa de rencontrer des nouvelles personnes. On gagne des cadeaux ce qui n’est pas vraiment financier du coup, c’est plus naturel et la convivialité est meilleure !

Comment te places-tu aujourd’hui par rapport à l’écologie ?

J’essaye de respecter au maximum l’environnement. Les initiatives que je prends ne sont pas sensationnelles mais c’est déjà ça. Par exemple, je fais au maximum mes trajets en vélo ou à pied, je prends des douches plutôt que des bains, je ne laisse pas l’ordinateur allumé quand je ne suis pas dessus, je ne laisse pas actives les prises électriques quand je ne m’en sers pas, j’éclaire quand il fait vraiment nuit et sombre chez moi !

En tant que jeune, tu es directement concerné par les soirées, t’arrives-tu de faire Sam ?

Souvent ! Etant donné que j’habite loin du centre, je rentre souvent en voiture et donne un coup de main aux copains !

Si tu ne le fais pas, comment te débrouilles-tu pour rentrer chez toi ?

Je dors sur Grenoble, ce qui me demande une certaine organisation de mes soirées au préalable. Sinon je marche … longtemps, … très longtemps. (Il habite Saint Paul de Varces)

Si tu pouvais ajouter une fonctionnalité même « loufoque » à la plateforme OpenCar, quelle serait-elle ?

L’appliquer aux mecs qui font du stop ! C’est-à-dire leur donner la possibilité de se géolocaliser et de demander à des covoitureurs OpenCar en plein trajet, et ayant encore une place de disponible dans leur voiture, de les récupérer !

Un nom pour la communauté OpenCar ?

OpenCaristes !?

Le mot de la fin…

Continuez comme ça ! Il faut sortir une application mobile !

Tu ne crois pas si bien dire, on y travaille en ce moment même. Merci Michaël pour ton témoignage, c’est grâce à des utilisateurs comme toi que le concept OpenCar fonctionne et a des chances de se déployer rapidement vers de nouvelles villes. Bon courage pour ta start-up également et à très bientôt.

Qui sera le prochain super- covoitureur interviewé ? On vous attend..

 

Site web : www.opencar-grenoble.fr pour commencer à covoiturer dès maintenant

email
Rating: 5.0. From 2 votes.
Please wait...